exhibitions

Regina Bogat

  • 26.10.2016 - 23.12.2016|

The Phoenix and the Mountain (1980) et autres peintures inédites (2013 – 2015)

La Galerie Zürcher a le plaisir de révéler en plusieurs étapes depuis l’automne 2013, l’œuvre de Regina Bogat, artiste américaine née en 1928 à Brooklyn (NY).
Amie proche de Eva Hesse comme de Mark Rothko, elle épousa en 1963 le meilleur ami de celui-ci le peintre Alfred Jensen qui disparut en 1981.

Cette re-découverte commença par une exposition personnelle de ses œuvres (peintures, sculptures, objets) encore trop peu connues, car l’époque n’était pas propice à la reconnaissance des artistes femmes. Regina Bogat raconte comment, dans les années 1960-70, malgré les efforts de son ami Mark Rothko qui s’efforçait de l’aider en la présentant aux meilleures galeries, celles-ci étaient peu attentives. La discrimination régnait et laissait peu d’espoirs. Cette première exposition à la galerie en 2013 était assortie d’un catalogue : Regina Bogat, The New York Years 1960-70, Zürcher Gallery, New York. Elle s’est poursuivie en 2015 par une présentation personnelle d’œuvres de cette période à la foire FRIEZE NEW YORK (Spotlight section sur un choix d’Adriano Pedrosa, directeur du Musée de Sao Paulo).

Cette même année, Regina Bogat fut invitée par le Museum of Contemporary Art de San Diego tandis qu’une nouvelle exposition personnelle à la Zürcher Gallery de New York permit de découvrir un ensemble de peintures datées de 1980 : The Phoenix and the Mountain. Celles-ci furent inspirées à l’artiste après la découverte en 1977 au cours d’un voyage au Pérou avec son mari des fameux géoglyphes ou « lignes de Nazca ». A cette époque Regina Bogat et Alfred Jensen étaient aussi plongés dans l’étude de la philosophie du Tao et du premier bouddhisme tibétain qui accrurent leur intérêt pour les montagnes sacrées de Chine et les pèlerinages qui s’y déroulent. La série The Phoenix and the Mountain représente la métaphore d’un mouvement perpétuel réitérant certaines de ses œuvres des années1960. Des baguettes de bois appliquées sur la toile cadrent un point de vue sur la montagne à l’arrière plan. On mesure la distance à parcourir, le voyage à effectuer. Plus on avance dans la série, plus la fenêtre s’agrandit pour finalement disparaître.


La série The Phoenix and the Mountain représente la métaphore d’un mouvement perpétuel réitérant certaines de ses œuvres des années1960.

Des peintures faisant partie de cet ensemble sont présentées ici pour la première fois à Paris. Elles ont pour l’artiste une signification particulière : elles furent en effet réalisées alors que son mari dont elle accompagnait les recherches, souffrait d’une grave maladie qui lui fut fatale. Cet ensemble a fait l’objet d’un second catalogue, également produit par la galerie : Regina Bogat, Works from the seventies and eighties, Zürcher Gallery, New York, 2015.

Regina Bogat poursuivit ses travaux avec courage jusqu’à aujourd’hui comme en témoignent ici plusieurs peintures récentes (2013 – 2015) pour la plupart encore inédites. Parmi celles-ci une autre série de peintures appelée Palmyra prend pour sujet la lumière avec le jeu abstrait des contrastes et des reflets qu’offrent ses ruines. Elle prend un relief particulier en regard des crimes de guerre qui y ont été perpétrés et des destructions dont a été victime « la Venise des Sables ».
Un troisième catalogue (en préparation) analysera les œuvres postérieures des années 1990 et 2000.

L’actualité de Regina Bogat est très stimulante : elle a été choisie pour participer à deux expositions, l’une au Royaume Uni : Entangled, Threads and Making, Turner Contemporary, Margate (28 janvier – 7 mai 2017) et l’autre au Metropolitan Museum de New York : Delirious, Art at the Limits of Reason, (13 septembre 2017 – 14 janvier 2018). Enfin une ambitieuse exposition rétrospective itinérante lui sera consacrée, conduite par le Katonah Museum of Art en association avec plusieurs musées américains en 2017 et 2018.

Bernard Zürcher


The Phoenix and the Mountain (1980) and new paintings (2013-2015)

Galerie Zürcher is happy to present the work of Regina Bogat, an American artist born in Brooklyn (NY), in 1928, through several exhibitions started in Autumn 2013.

Close friend of Eva Hesse and Mark Rothko, in 1963 she married the latter’s best friend and painter Alfred Jensen, who died in 1981.

This rediscovery of Regina Bogat started by a solo show of her work (paintings, sculptures and objects), still too little known today since her time was not favorable to the recognition of women artists. Regina Bogat told how in the 1960’s and 1970’s, in spite of the efforts of her friend Mark Rothko to help her by showing her work to the best galleries, she had a hard time getting their attention. Discrimination prevailed and left very little hope for women. This first show held at the gallery in 2013 was complemented by the publication of a catalogue entitled Regina, Bogat, The New York Years 1960-70, New York. In 2015, it was prolonged by a solo show of her work during FRIEZE NEW YORK (Spotlight, a section curated by Adriano Pedrosa, director of the Sao Paulo Museum of Art).

The same year, Regina Bogat was invited by the Museum of Contemporary Art of San Diego while a new exhibition held at the Zürcher Gallery of New York revealed a series of paintings from 1980 : The Phoenix and the Mountain. The artist found the inspiration for these pieces after the discovery of the famous geoglyphs or “Nazca lines” during a trip with her husband in Peru, in 1977. At this time, Regina Bogat and Alfred Jensen were absorbed by the study of the Tao philosophy and the first Tibetan Buddhist, which deepened their interest for the sacred mountains of China and its pilgrimages. The Phoenix and the Mountain series is a metaphor of a perpetual movement recalling some of her works from the 1960’s. The viewpoint on the mountain represented in the background is framed by a square of wood sticks mounted on the canvas. It shows the distance to be travelled, the journey to make. The more we progress in the series, the more the window widens until the point of completely disappearing.

The Phoenix and the Mountain series is a metaphor of a perpetual movement recalling some of her works from the 1960’s.

Paintings from this series are presented for the first time in Paris for this exhibition. They hold a particular significance for the artist since they were created while her husband, who she worked with in his researches, suffered a severe illness causing his death. This series is the subject of a second catalogue also published by the gallery : Regina Bogat, Works from the seventies and eighties, Zürcher Gallery, New York, 2015.

Afterwards, Regina Bogat bravely carried on her work until today, as shown by the several recent paintings (2013-2015) exhibited here, most of them unseen. Among them, another series of paintings entitled Palmyra tackles the topic of light through the abstract play on contrasts and reflections on the ruins. It takes up an all-new dimension in views of the war crimes committed in the place and the sacking of this “Pearl of the desert”.

A third catalogue (to be published) will focus on Regina Bogat’s late work from the 1990’s and 2000’s.

Regina Bogat is now receiving a lot of institutional attention with an upcoming shows in the United Kingdom (Entangled, Threads and Making, at the Turner Contemporary, Margate, from January 28th to May 7th 2017), and another at the Metropolitan Museum of New York (Delirious, Art at the Limits of Reason, from September 13th, 2017 to January 14th, 2018). In partnership with several American museums, the Katonah Museum of Art will dedicate her an ambitious travelling retrospective exhibition in 2017 and 2018.

cross