exhibitions

Sarah Dobai & Dan Hays

  • 27.11.2004 - 12.01.2005|

Sarah Dobai

What we talk about when we talk about love

Le groupe de photographies exposées témoigne de l’intérêt bien connu de Sarah Dobai pour le portrait. Cependant le projet présenté s’appuie sur l’établissement d’une relation étroite que l’artiste établit entre le pouvoir fictionnel de la photographie et le genre de fiction littéraire bien précis de la « nouvelle ». Ici, l’artiste a retenu les textes des auteurs américains Tennessee Williams et Raymond Carver – datant du milieu du XXe siècle – dont la « résonance » donne naissance à des photographies au caractère incontestablement cinématographique. L’important, pour Sarah Dobai, est de représenter dans ces textes, ce qui la touche de manière intime au point de s’y voir, pour ainsi dire naturellement. Ainsi les portraits, solitaires ou non, obtenus par casting, laissent néanmoins aux acteurs le naturel de la pose, caractère exprimant avec une grande délicatesse les termes d’une empreinte autobiographique.

Dan Hays

Colorado Pioneers

Depuis quelques années, Dan Hays, peintre anglais vivant à Londres, regarde par webcams interposées, tel un astronome “Voltairien” ayant détourné sa lunette des étoiles en direction de la terre, braqué vers cette région du globe qui se nomme Colorado – nom qui pourrait aussi se traduire par « agitation colorée ». De fait, les images téléchargées comme autant de cartes postales e-mail donnent naissance à des tableaux « fauves » composés de petits fragments, carrés ou bandes de couleur, ajustant leur vibration à la pixellisation de l’image digitalisée. Le regard du peintre, mis en ligne depuis l’atelier avec l’œil du satellite, détermine ainsi un nouvel « impressionnisme » fondé sur le transfert de l’information visuelle.

cross