exhibitions

Judit Ström

  • 09.04.2005 - 21.05.2005|

All down Hill est un titre à double sens. Il fait autant appel au thème de « la chute » (qui revient souvent) qu’il fait allusion à l’œuvre du peintre suédois Carl Fredrik Hill (1849–1911) - un repère essentiel pour Judit Ström – creusant si profondément en lui-même qu’il finit par perdre toute relation avec le monde extérieur.

Partie seule observer la cîme des arbres, allongée sur un tapis de mousse, face au kaléidoscope des rayons du soleil à travers les branches, d’une lente plongée dans l’absence d’elle-même, planant au-dessus du monde pour fuir les tourments de sa mémoire, elle voit : les arbres vertigineux aller jusqu’au ciel s’enraciner, comme les arbres inversés de Rodney Graham et elle sent : l’atmosphère diffuse s’inscrire dans le chaos de la nature. Judit Ström, avec un parti pris d’épure, a relevé les tracés d’un univers en voie de disparition. En traçant le réseau concentrique de ses relations sensibles, ouvrant la voie de l’émotion, elle obtient de troublants dessins (procédant parfois de l’assemblage de fragments épars), où la figure (d’un autoportrait) se place exactement au centre d’un mael-ström de formes colorées, stylisées, graphiques – expression manifeste du dépassement de la matérialité des choses et de son caractère insaisissable – point d’équilibre de toutes les tensions qui l’environnent sans la submerger. Sur cette figure solitaire et comme indifférente, le regard se concentre, tandis que le paysage tourbillonne autour d’elle : figure de l’artiste au cœur et en même temps à l’écart des convulsions du monde, comme dans l’œil d’un typhon. B.Z.

cross