exhibitions

Eléonore de Montesquiou « Swing ma demeure, la maman et la putain »

  • 20.03.2004 - 20.04.2004|

Après minu maja on minu maa (ma maison à moi), film de 38’ réalisé dans le cadre d’une résidence en Estonie post-soviétique (2002) – où différentes femmes exposent les relations personnelles qu’elles entretiennent avec leur lieu d’habitation – Eléonore de Montesquiou, poursuivant sa réflexion dans ce sens, interroge cette fois-ci les rapports que la femme établit avec cet abri originel qu’est le ventre maternel.
Swing ma demeure, la maman et la putain (2003), film de 24’ noir et blanc*, est basé sur une enquête documentaire qui rassemble des témoignages enregistrés de femmes évoquant leur transformation du corps dû à la grossesse et, pour chacune d’elle, sa signification. Attendre un enfant, est-ce perçu comme une joie ou une agression ? Quelles sont les réactions des femmes aux changements de leur sexualité, de leur vie sociale et vis-à-vis d’elles-mêmes ?

A la différence du film précédent, les témoignages n’apparaissent pas à l’écran, mais interviennent seulement dans la bande son, tandis qu’on assiste en images à un film qui ne semble a priori pas correspondre au récit : la délivrance de bagages, l’un après l’autre, en un flux orchestré par le tapis roulant d’un aérogare ou bien les tours de bocal inlassables d’un poisson rouge. Il apparaît cependant peu à peu que ces images métaphoriques mais étrangement banales à la fois donnent précisément juste assez de consistance aux propos tenus pour constituer l’ossature visuelle d’une sorte de confession intime relevant autant de l’anonymat que répondant à un principe d’universalité.

Ce film, présenté en projection grand écran, est accompagné dans une salle séparée de dessins au trait des visages de femmes intervenant dans le film, mais qui n’y apparaissent pas, ainsi que de textes muraux qui prolongent ainsi le lien image-texte du film.

Film noir&blanc, 24’. Réalisation : Eléonore de Montesquiou. Composition pour clavecin : Helena Tulve. Clavecin : Irina Zahharenkova
Ce film a été présenté également au « Forum itinérant » à Strasbourg du 12 décembre 2003 au 25 janvier 2004.

cross