exhibitions

Gwen Rouvillois « Rien que du bonheur »

  • 11.02.2004 - 17.03.2004|

L’exposition s’articule autour de la sculpture éponyme : un chariot à provision dégoulinant d’une matière rose, présenté à la délectation du public sous une cloche de verre.
Gwen Rouvillois poursuit inexorablement LA quête du bonheur sous un angle encore inusité. En allant plus loin dans son exploration du « pays sage », elle nous fait découvrir aujourd’hui ses chantiers du bonheur : le dispositif comprend des photo-dessins numériques de villes que l’artiste modifie en érigeant de nouvelles tours ou des chantiers en cours détournés par quelques lignes architecturales hardiment prolongées, ainsi que des tableaux ayant pour sujet les matériaux de construction – tonnes de briques ou de moellons empilés par couches successives et formant des blocs rectilignes préfigurant déjà, comme par compression, les bâtiments projetés.
Images d’un « édifice utopique » que tente de bâtir dans notre esprit Gwen Rouvillois avec autant d’obstination – le projet a été initié il y a six ans – que de ténacité pour désigner ici plus précisément cette boulimie de confort pour tous qui caractérise notre société et que l’artiste appelle « le bonheur à tout prix » : quand bien même le prix à payer s’évaluerait à l’aune du mépris des valeurs démocratiques*.
Pour souligner la menace, elle a aussi dressé en bonne place un drôle de canon à habiter monté sur roulettes.

* Voir à ce sujet l’essai de Dominique Schnapper, La Démocratie providentielle…, Gallimard, Paris, 2002

cross